Aérophagie en marchant : comment dégazer en randonnée ?

Pour bien dégazer en randonnée, il faut préalablement savoir pratiquer de la respiration par le nez ou par la bouche.

Avoir une gêne en randonnée, cela peut arriver à tout le monde.

Il suffit d’une respiration incohérente et d’un cheminement en montée et le tour est joué pour avoir pleins de gaz.

Aérophagie en marchant comment dégazer en randonnée

C’est donc le moment de savoir bien pratiquer la respiration en randonnée pour que vos promenades soient paisibles, quels que soient les obstacles à affronter, les descentes de tous types, l’épuisement et les situations quelques fois compliquées.

Les prérequis pour bien dégazer en randonnée

Il est important de savoir que la randonnée est un sport que vous pouvez pratiquer, quelle que soit votre corpulence.

Il faut surtout faire preuve de concentration, être endurant et avoir une certaine capacité pour s’adapter à des situations extrêmes.

Comme tout événement sportif, une randonnée nécessite un minimum d’entraînement.

Il s’avère alors essentiel de pratiquer de la marche, du footing ou pédaler à vélo constamment pour améliorer son allure cardiaque et sa respiration.

De ce fait, vous serez dans une forme olympique pour les randonnées.

Vous aurez plus d’infos sur cimalp.fr.

Ensuite, il faut souvent avoir un sac à dos qui ne pèse pas trop lourd.

En effet, il est nécessaire de savoir choisir le plus judicieux parmi les affaires que vous devez garder sur vous.

Cela pourrait avoir des conséquences notables sur vos performances pendant la randonnée.

Enfin, un autre élément important à soulever, c’est qu’il faut garder à l’esprit que la randonnée est une activité pour se faire plaisir.

Alors, évitez de vous empresser vainement si c’est pour vous arrêter fréquemment en cours de route étant donné votre essoufflement.

En marchant doucement sur des distances assez longues, vous aurez plus de plaisir et vos performances ne seront pas aussi conséquentes que vous ne le croyez.

La technique pour bien dégazer en randonnée

Pour bien dégazer ou respirer en randonnée, il faut prendre en considération le rythme.

Par ailleurs, la plupart des athlètes l’ont bien compris.

Lorsqu’on parle du tempo de respiration, cela fait allusion au nombre de mouvements réalisés au cours d’une série inspiration-expiration.

En randonnée, c’est moins accru vu que les performances ne sont pas aussi conséquentes que lors d’une course à pied ou d’autres exercices.

Retenez simplement que vous devez respirer progressivement, mais de manière efficace.

Graduellement, lorsque la pression devient extrême, votre respiration ira peut-être plus vite ou elle pourrait correspondre au nombre de phases d’inspiration-expiration.

Notons que l’inspiration procure du dioxygène.

Néanmoins, ce n’est pas une raison pour ignorer l’expiration.

Le fait d’expirer pêle-mêle implique de respirer de toute façon.

Pourquoi ?

Tout juste parce que lorsque vous pratiquez une expiration profonde, vous repoussez de l’air pauvre en oxygène et riche en CO2.

Lorsque vous expirez convenablement, vous dégagez complètement vos poumons.

De façon automatique, cela vous permettra d’absorber plus d’air notamment au cours de l’inspiration suivante.

Un critère très important à respecter, c’est évidemment de penser à rester bien droit lorsque vous êtes en train de marcher.

En outre, en vous penchant vers l’avant inévitablement à cause d’un sac lourd, cela peut constituer un frein pour vos poumons afin de les combler parfaitement en dioxygène.

Ajustez correctement votre colis et marchez bien droit, ainsi vous serez moins essoufflé.

L’importance du fait de bien respirer en randonnée

Bien respirer en randonnée est aussi important uniquement parce que votre endurance en dépend.

Il faudrait garder à l’esprit que vos muscles doivent exploiter du dioxygène pour être opérationnels.

En faisant beaucoup d’efforts, les muscles auront besoin d’encore plus de dioxygène qu’habituellement.

C’est de là qu’on dénote l’importance de pratiquer de la respiration appliquée.

Au cours de la respiration, les alvéoles pulmonaires transmettent tout l’oxygène nécessaire à l’organisme.

En définitive, lorsque nous avalons une quantité élevée d’air dans le système digestif, c’est un mécanisme physiologique normal, d’où l’aérophagie.

Ainsi, pour dégazer en randonnée, il est nécessaire d’apprendre aussi bien à respirer par la bouche que par le nez, et ce, de la bonne manière.

La respiration par la bouche est plus bénéfique en air que par le nez.


Articles connexes :

Une femme seule peut-elle faire le pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle ?

Allergie du marcheur : comment soulager le purpura d’effort au visage ?